Tristesse népalaise.

Il y a quelques jours, mes yeux s’embuaient en lisant cet article, eaux troubles, d’Émilie…

Je crois qu’il n’y a pas de petits drames. Ces insectes dont elle parle en vivront un, tout comme tous ces humains qui en vivent tous les jours.
Aujourd’hui, j’ai encore les larmes aux yeux en relisant son article,
et j’ai envie d’allumer une chandelle, ce soir, pour les Népalais.
Un tremblement de terre.
Quelques secondes et beaucoup trop de morts.
Dans un pays dont on montrera seulement les cris, les ruines, les pleurs.
Un pays que l’on verra, que l’on voit déjà, ravagé.
Mais il faut savoir. Il faut dire les humains qui habitent ces terres.

IMGP5102

J’ai foulé les montagnes du Népal et les rues de Katmandou au début de 2011… Ça fait déjà quelque temps, mais c’est encore un des deux mois les plus emplis de souvenirs que je garde en moi.

IMGP4865

Pourquoi?
Parce que le peuple népalais a été un coup de coeur. Parce que je crois y avoir partagé plus de sourires que dans tout le reste de ma vie. Parce que je me suis complètement laissé adopter par cette terre et cette population magnifique. Parce que je rêve, encore aujourd’hui, d’y retourner bientôt pour retrouver ce pays qui s’est fait durant ces deux mois comme ma terre d’adoption, le seul autre endroit sur Terre où je me verrais vivre.

IMGP4927

Alors ce soir, j’ai envie de penser à eux. Aux visages auxquels je donne un nom, à ceux qui m’écrivent encore parfois des petits messages dans un anglais maladroit qui me font chauds au coeur tout en étant si loin de tout ce que l’on pouvait se communiquer par les sourires et les regards lorsque nous étions ensemble.
Ce soir, j’ai envie de vous faire voir de ce monde dont vous verrez des scènes catastrophes des images qui rappellent qui ils sont vraiment, lorsque la catastrophe ne s’abat pas sur eux. J’ai envie de vous laisser avec ces images que je regarde souvent pour me laisser rêver, pour me fondre dans cet ailleurs qui est un peu, mais tellement seulement un peu, mon chez moi de l’autre bout du monde.
Il y a même un petit peu de moi qui voudrait être là-bas, maintenant, avec eux, plutôt qu’ici, dans le chaud confort de mon salon.

IMGP4970

Si vous le voulez, joignez-vous à moi pour penser à eux.
Et si le souffle vous y mène, il y a tous pleins d’organismes qui les aideront pour vrai à qui vous pouvez donner, pour faire une différence ailleurs que dans le vaste monde des pensées.

IMGP4875

Ne pensez pas que je tente de faire de ce triste événement le seul qui vaille la peine qu’on y porte attention. Simplement, je crois que l’on se doit de parler de ce que l’on sait, de ce que l’on sent et il s’avère que c’est ce pays de montagnes que je connais un peu, celui-là sur lequel je peux mettre des mots et des émotions.

J’accrocherai un drapeau népalais à mon balcon ce soir, en espérant que le vent puisse libérer les prières et les mener jusqu’à eux.

Avec douceur et tristesse,
K.

 IMGP5100  IMGP5117 IMGP5118 IMGP5319 IMGP5332 IMGP5343 IMGP5365 IMGP5380 IMGP5399

Publicités

7 commentaires sur « Tristesse népalaise. »

  1. Merci pour ces belles photos.
    Je n’ai pas entendu parler ce de tremblement de terre (mais j’avoue que je fuis les news que je trouve trop anxiogènes) ton article est une jolie façon de mettre en valeur ce pays.
    Je trouve ça très beau de rentre hommage de la sorte.

    1. C’est bien vrai et je suis un peu comme toi, je ne me confronte pas aux nouvelles trop souvent… Tu vois, je l’ai appris de très longues heures après que ce se soit passé… Mais alors, tant mieux, garde ces images en tête pour voir le Népal comme cela et non comme un pays dévasté.
      Merci pour tes mots,
      K.

    1. Et il est encore temps de le faire. Leur monde sera toujours aussi beau maintenant et comme le tourisme est un de leur pilier économique, il faudra qu’on y retourne…

  2. C’est un bel hommage à la vie que tu offres là.
    C’est important je pense de voir les moments vivants au-delà de l’aspect « catastrophe ».
    De voir que ces pays n’existent pas que lorsque de l’aide est demandée face à une catastrophe naturelle.
    Tes mots apportent dignité et respect, merci.

    1. Oui. Et il est bien difficile de voir ce vivant lorsque tout ce que l’on présente est la catastrophe… Alors je crois qu’on se doit de le faire quand on le peut. Et merci encore pour tes mots à toi qui trouvent si bien échos dans mon coeur.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s