Herboriste

Un petit projet emballant pour les trois prochains mois, une réflexion commune, un espace d’échange auquel il me fait plaisir de participer: un écho défi, pour découvrir les plantes et leurs bienfaits! Vous retrouverez tous les détails dans cet article d’introduction, sur le blog de Natasha, Échos verts, mais vite, vite, c’est trois mois pour apprendre et se questionner sur les plantes, leurs usages, leurs places dans notre vie… et tout ce qui pourra vous venir à l’esprit! Pour ne rien manquer, inscrivez-vous ici:

echodefi

Au cours des trois prochains mois, je vais tenter de briser la glace (de mon côté) et de partager avec vous mes découvertes et émerveillements en herboristerie. Mais avant tout ça, aujourd’hui, j’ai simplement envie de vous parler de l’herboristerie, parce que je me fais souvent demander ce que c’est! Ça se passera ici, mais aussi un peu sur Facebook et Instagram.

Malheureusement, je n’ai pas de réponse simple. Enfin, oui, peut-être. L’herboristerie est d’abord l’amour des plantes. Et l’amour des humains. En mélangeant un peu le tout, ça donne un peu de l’herboristerie.

herCamomille estivale

Mais plus concrètement, voici quelques petites nuances d’herboristerie:

  • Herboriste familiale: C’est l’herboriste de tous les jours, l’herboriste-maman,  l’herboriste-papa, cousin, petite soeur,  l’herboriste-jardinier dans son coeur. C’est un peu vous, si vous êtes en train de lire ces mots sans avoir envie d’en faire le coeur de votre vie, mais tout de même, de parsemer d’herboristerie, un peu, votre quotidien.
  • Herboriste traditionnelle: les herboristes traditionnelles ont des connaissances et un goût particulier pour la culture et la transformation des plantes médicinales. Bien que cette connaissance ce conjugue aussi le plus souvent avec une grande connaissance des vertus de ces plantes, les herboristes traditionnelles choisissent de passer du temps à cultiver, cueillir et transformer. Ces connaissances sont aussi souvent jumelées avec un intérêt marqué pour l’aspect traditionnel et ancestral de cette pratique. Vous le devinerez, c’est l’herboristerie à laquelle j’aspire, celle qui guide en ce moment mon chemin de vie.
  • Herboriste thérapeute: être herboriste thérapeute, c’est avoir envie de rencontrer les gens, de les suivre dans leur vie, des petits ou des longs bouts. C’est connaître les plantes sur le bout de ces doigts et savoir partager cette connaissance, repérer ce qui fera du bien à la personne qui vient demander conseil. Les herboristes thérapeutes sont aussi, souvent, naturopathes, mais certain.es préfèrent se concentrer vraiment sur les plantes dans leurs conseils. Certain.es cultivent aussi leurs propres plantes, mais certain.es font aussi seulement de la consultation.

herbo
Des plantes médicinales dans le gazon, vous les reconnaissez? 

Comment devenir herboriste?

L’herboristerie est un métier non conventionnel, vous l’aurez deviné. D’abord, c’est plein de possibilités, mais plein de flou à la fois, alors à vous de trouver votre chemin, si c’est une voie qui vous intéresse. Mais sachez-le, peut importe la façon dont vous vous adonnerez à l’étude des plantes, cela demande beaucoup de temps: il existe tellement de plantes, tellement de choses à connaître! Il est impossible de se dire un jour que l’on connaît tout des plantes et c’est une chose qui me fait bien plaisir!

Il existe en ce moment, une belle offre de formations en herboristerie. Pour ceux qui se demandent, je suis en ce moment des cours à distance, au Québec, avec l’Herbothèque. J’ai hésité à suivre les cours à distance, mais finalement, l’accompagnement est génial, les cahiers très bien faits et je trouve l’échange humain, nécessaire pour moi, plutôt en visitant des jardins, en parlant avec des jardinières et des jardiniers… Et cette formule me permet de faire mes études littéraires en même temps, donc de ne pas avoir attendu pour me lancer dans l’herboristerie, ce que je ne regrette vraiment pas!

herbNostalgie de sucré d’été

Mais n’ayez pas peur, si vous trouvez les cours chers, si vous vous dites que vous n’avez pas le temps! Il est possible d’apprendre différemment, l’écho-défi proposé par Natasha ce mois-ci est un excellent exemple! Lisez, allez marcher dans les bois, dans les champs, écrivez à des jardins pour aller y faire des micros-stages (ou des plus longs!), jardinez, sur votre balcon, sur un acre ou en pot à l’intérieur de chez vous! Apprenez à aimer les adventices (le nom que l’on donne aux « mauvaises herbes » quand on se met à les aimer!) Tout est possible et, surtout, toutes les raisons sont bonnes pour faire entrer un peu d’herboristerie dans votre vie!

J’espère que les 3 prochains mois vous en donneront envie… et que l’échange pourra continuer au-delà!

Si vous avez des questions, des idées de sujets végétaux qui vous intéressent, n’hésitez pas, surtout!

Plein d’amour de pousses printanières,

K.

—-
 Pour plus de l’aventure, suivez En minuscule sur Facebook ou Instagram!

 

La mini: du rêve au plan!

Vivre en mini, en premier, ça se rêve.
Pas mal comme n’importe quoi, en fait. Rêver donne à notre tête le temps de s’habituer à une idée et la liberté de tout modifier, comme on veut, quand on veut. L’imagination est pas mal le meilleur outil pour commencer tous vos projets!

MAIS, toujours est-il que le rêve ne se met pas toujours bien sur papier… et que pour qu’il devienne vrai, il doit cesser de vivre que dans l’esprit. Il y a environ un mois, nous avons décidé que le rêve prenait de plus en plus des formes précises et que nous étions prêts à mettre en forme notre projet. Il y avait longtemps que je n’avais pas fait ça, vraiment. M’asseoir à une table, devant une feuille blanche, et y bâtir un monde, qui se peut et que j’ai envie de voir devenir vrai. C’est un moment excitant et vertigineux à la fois. Rêver fait beaucoup moins peur que de faire basculer notre imaginaire dans la réalité. Et pourtant, c’est tellement grisant (et enrichissant!) de le faire!

hipsterlogogenerator_1490706611565.png

Toute cette belle introduction pour vous dire que, même si, aujourd’hui, ce dont je veux réellement vous parler, c’est le pourquoi du comment des premiers pas d’un projet de mini maison, peu importe ce qui vous trotte dans la tête, allez-y! Faite de vous même un passeur de  (vos) rêves dans le réel!

mini.jpgQuestions de mini, du rêve à la liste…

Penser une mini maison!

Alors, quand on pense à une toute nouvelle construction pour vivre et, qu’en plus, celle-ci sera toute petite, il est important de bien la penser. De quoi avons-nous besoin? Qui sommes-nous? Qu’est-ce qui nous rend vraiment heureux, qui embellit notre quotidien? Que voulons-nous autour de nous, tout le temps, partout?

Voici donc, pour vous inspirer, une mini-démo de ce à quoi peuvent ressembler les premiers jets d’une mise en forme d’un rêve… de mini maison! 🙂 Cette étape est cruciale, que vous vouliez la construire vous-même ou la faire construire par des gens plus expérimentés!

17571385_10210201573093820_318859276_o.jpgDe la mini inspiration glanée en voyage…

Les dimensions: Une mini maison, c’est petit, mais il y a tout de même une petite marge de manœuvre dans les dimensions. Par exemple, nous pensons en ce moment la nôtre en 8′ 6″ x 22′, donc 210 p.c. (pour celles et ceux à qui ça ne dit rien, c’est à peu près 20 m2)

Le budget: Pour l’instant, au Québec du moins, les mini maisons sur roues ne peuvent pas être subventionnées par une hypothèque, parce qu’elles ne sont pas considérées comme des maisons… Alors il faut être imaginatifs (et économes!) et bien s’informer pour déterminer notre budget. (On en reparlera, promis! 😉 )

Le délai: Dans combien de temps prévoyez-vous mener votre projet à terme? C’est une étape importante pour prévoir la planification et la construction, mais aussi… votre propre préparation! Car à moins que vous reveniez d’un très long voyage et ne possédiez plus que le contenu de votre sac à dos, il y a des chances que vous soyez dans notre situation ou une semblable, même si, comme nous, vous tendez déjà à posséder peu. Des choses en double, inutilisées (encore!), des électros qui ne rentreront pas dans votre mini! Il faut penser à tout ça, et ça demande du temps 😉

Vos besoins: Finalement, probablement la chose la plus importante, surtout si vous n’êtes pas seuls dans le projet (et la plus agréable à imaginer!) Pour vous donner une petite idée de ce à quoi cela peut ressembler, voici une parcelle de notre liste à nous. Nous avons trouvé utile de procéder par « pièces », parce que bien qu’elles ne soient pas nécessairement séparées, tout doit être là!

La salle à vivre:
* tout le nécessaire pour accueillir un chat, deux humains et, parfois, d’autres humains aussi
* de la place pour des vinyles, parce que, c’est très, très importants pour nous
* de quoi mettre nos choses quand nous rentrons de l’extérieur
* de la place pour manger
* de la place pour faire du yoga
* de quoi s’asseoir, être confortable, lire, écrire, jouer…

La cuisine:
* des grands comptoirs, des deux côtés, pour pouvoir cuisiner facilement à deux
* un four, un petit frigo
* du rangement visibles et invisibles
* etc…

La salle de bain:
* une toilette (au compost!)
* une douche
* un peu de rangement, et de la place pour mettre notre linge

La chambre:
* de la lumière
* un matelas queen
* de quoi placer quelques livres
* etc…

La fameuse toilette au compost qui a finit de nous convaincre sur cette option…

Voilà! Ça vous donne une petite idée, bien que ce ne soit pas tout à fait complet (il faut bien que je me garde quelques secrets! 😉 ) C’est le moment de se poser toute sorte de questions: voulons-nous une machine à laver? avons-nous besoin d’un four complet? et le frigo? et de la place pour recevoir des gens à dormir? à manger?….

Toutes ces questions, pour s’assurer (et se rassurer!), que oui, on peut faire petit et être exigeant. Vivre en mini, ce n’est pour moi pas un compromis, mais une façon de vivre comme on le veut vraiment!

Si vous avez des questions, n’hésitez surtout pas! 🙂 Et promis, je vous tiens au courant de ce qui arrive dans les prochains mois… parce que la mise en forme, ce n’est que la première étape!!

Et vous, vous avez besoin de quoi, pour vivre?


 Pour plus de l’aventure, suivez En minuscule sur Facebook ou Instagram!

ps: en avril, mai et juin, je vais participer à l’Écho-défi d’Échos Verts, 3 mois pour découvrir les plantes et leurs bienfaits. Ce sera l’occasion pour moi de commencer à me mouiller un peu et de vous parler d’herboristerie!
Pour les inscriptions, parce qu’il y aura plein de beaux articles, c’est par ici: inscription à l’Écho-défi 3 mois pour découvrir les plantes et leurs bienfaits
On se retrouve début avril pour s’en parler un peu plus! 🙂

Nouvelles nouvelles!

Bon  début de soirée, en direct de Montréal, du soleil et de la chaleur plein le corps de ces derniers jours qui ont fait du bien!

Aujourd’hui, un article un peu plus long, pour celles et ceux qui me suivent un peu depuis longtemps (mais les nouveaux, vous êtes aussi fuullll bienvenue!). Je sais que le dernier article n’était pas des plus joyeux, il m’a fait du bien à écrire, comme si mettre des mots met un point, ou au moins une virgule, à la tristesse.
Et puis, ce n’est vraiment pas tout, plein de petites choses (et de plus grandes!) excitantes s’en viennent ici et je n’ai pas l’intention de vous tenir loin de tout ça! Vous êtes prêts?

Projet mini maison…

Et oui, si vous êtes ici, c’est qu’il y a un grand projet d’un mini endroit qui sera notre refuge, notre maison! Et bien, sachez que le projet avance! On s’entoure peu à peu des bonnes personnes pour le voir naître et le tout tant à se concrétiser pour l’été 2018… Alors oui, vous lirez pas mal là-dessus dans la prochaine année. Habiter dans une mini-maison, ça se prépare! Je crois que le processus est déjà bien enclenché, mais il me semble rester mille et une petites choses à faire et plusieurs d’entre elles qui pourraient être utiles à tous ceux et celles qui ont envie de vivre en plus petit, même si ce n’est pas dans une tiny house! Et je prends encore du temps pour rêver de cet endroit, odeur de vinyle, petit cocon pour le dodo, plein de lumière, peut-être une fenêtre d’où on voit la Lune, les étoiles… Je vous réserve un article bientôt, bientôt que là-dessus!

En attendant, allez voir, si le cœur vous en dit, la fantastique vidéo d‘Exploring Alternatives, où il présente une autre mini maison de Ma maison logique, cette entreprise kamouraskoise de construction écologique et durable dont je vous reparlerai aussi (j’ai tant de choses à vous dire, hihi!)

15275738_347114515680947_2865631712086327296_n(1)

Herboristerie…

Entre les livres et le projet de mini maison, je continue de lire sur les plantes. Malgré l’hiver, malgré la neige partout et le printemps qui n’ait pas tout à fait là encore, je fais vivre l’été à travers les mots et les livres. Et je trépigne d’impatience à l’idée de voir, bientôt, les premières pousses, les premières feuilles de pissenlit. Les épinards de mer, les petits poids. La terre qui dégèle, les pousse de sapin, la préparation de mes petites graines, le basilic en pot, l’aide aux ami.e.s qui ont les jardins, la place pour faire pousser, mais à qui il manque les connaissance. La venue du printemps me donne des papillons dans le ventre et j’ai des frissons en rêvant du moment où je vais poser le dernier point de mon dernier examen, pour prendre la route vers les contrés des têtes de violons, des chanterelles et des bolets.

Bon, vous avez compris, les plantes m’ont suivies à Montréal et prennent de plus en plus de place dans ma vie. Je prévois une petite série exploratoire des plantes au printemps! C’est le moment de me dire s’il y a des plantes qui vous intriguent, que vous avez envie d’apprivoiser! Ce sera un plaisir de vous y aider 🙂

17267611_1693637794267065_4099105581732724736_n(1)

Et la vie!

Et tout le reste! Les soubresauts, les études, les sourires, les larmes, les mots, le yoga, l’envie de lire, d’écrire, de chanter, de hurler parfois. J’aime vous parler de tout ça aussi, et je n’ai pas l’intention d’arrêter. Aujourd’hui, une toute belle surprise m’attendait, une autre nomination au Liebster Award (gentiment rebatisé Lobster par Audrey et Juliette) du blog Ma vie écolo. Pour finir ce petit article, j’ai eu envie de répondre à leur 11 questions, en mode un peu doux et avec une envie d’échange et de partage.

Plein de douceur sucrée au goût de camomille!
À bientôt,

K. xxxx

————-

Quelle a été ta première pensée, ce matin ?
Pas vraiment une pensée, plutôt une sensation. Un petit bisous volé par un boulanger partant au travail. Un réveil juste un peu, juste comme il faut, juste parfait pour mieux me rendormir.

Que fais-tu dans la vie ?
Difficile question! Je rêve, beaucoup. C’est probablement mon principal travail. Et à temps perdu, j’étudie la littérature, je deviens herboriste, je tricote, cuisine,  flatte mon chat, apprend à faire du pain, du kombucha, de la choucroute. Et il m’arrive de travailler dans une boulangerie, quand il me reste un peu de temps.

Qu’est-ce qui te rend fier ?
Lorsque j’arrive à profiter, réellement, pleinement, tellement, de la chaleur d’un lever de soleil. 

Qu’est-ce qui te fait vibrer ?
La posture de l’arbre, au yoga.
Mes mains, dans la terre.
Et des mots justes, qui surprennent au détour d’une page.

Quelle destination de vacances te fait rêver ?
Chez moi.
Et le Danemark, et la Norvège, et retourner au Népal. (et peut-être, aussi, l’Argentine)

Quel mangeur es-tu ?
Une mangeuse sucrée. Une mangeuse de couleur, une mangeuse de légumes.
Une mangeuse de vivant, aussi.

Quel dormeur es-tu ?
Une grosse dormeuse qui aime voir le lever du soleil.

De quoi as-tu honte ?
Est-ce que ça se dit vraiment ici? 😉

Si tu étais un animal, tu serais… ?
Un animal doux, peut-être. Et qui mange beaucoup de verdures. Une lapine, sûrement.

Raconte-nous ton rêve le plus bizarre.
Des monstres marins, qui envahissent la terre. Un rêve un peu flou, mais un peu toujours le même.

« Le blog : pour soi ou pour les autres ? »
J’ai une envie de dire pour moi, mais c’est vrai que c’est aussi pour les autres. La meilleure réponse est probablement pour nous. Pour qu’on grandisse, qu’on échange, qu’on fasse un monde un petit peu, beaucoup meilleur.

—–

 Pour plus de l’aventure, suivez En minuscule sur Facebook ou Instagram!

Poussières de larmes

Grand-papa.

Il est de ceux qui me connaissent depuis les premières minutes de vie,
22 ans à me sourires, à m’apprendre, à me raconter des histoires.
22 ans de ma vie où il a été là.

Toujours prêt à jouer avec les mots, jouer avec le temps, toujours là pour réfléchir au monde, parler de recyclage du verre, de sa nouvelle découverte d’ampoule, de construction de bois, de ses parties de cartes, mais aussi, et surtout, peut-être, de vie, de livres, d’amour. Une grosse barbe piquante, des yeux toujours brillants. Un mal de dos, un mal de jambe, qui l’empêchaient de dormir. Et pourtant: toujours les muffins le matin, cette fameuse recette de soupe de fanes de betteraves, des frites maisons pour les occasions spéciales, les petites fèves vertes dans le jardin, les tomates qui poussent toutes seules, mais dont on sait tous qu’il s’occupe si bien, un peu comme un secret.

Les prochaines années de ma vie me feront sans lui.
Et pourtant, tellement empreintes de sa présence.
Je suis là, dans mes livres, entre deux cours de littérature. Et je vois maintenant l’ampleur de ce qui me vient de lui dans ce que je suis. Cet amour des mots, qu’il aimait tant. Le meilleur de mes professeurs, celui qui m’a suivi depuis le début, les premiers mots lus, les premiers mots écrits. Je me sens chambranlante, toute incertaine de devoir continuer toute seule. Il sait que j’en suis capable. Et je le garde avec moi, pour qu’il me guide encore un peu, quand je ne suis pas certaine, quand une rime m’échappe, un mot me glisse entre les doigts.

Grand-papa. En pente de vie.
En certitude d’amour infini, en cascade de tendresse.
Grand-papa, en poussière de larmes.
Ces larmes, qui arrosent le terreau de nouveaux rêves.

À bientôt,
dans ces pages virtuelles.

K.

16789632_1291581637576064_9078104783931310080_n(1)

Capsule ZD: les épluchures

Un peu de quotidien, aujourd’hui, sur En minuscule! 🙂
Et qui dit quotidien, ici, dis ne pas faire de déchet, surtout dans ce mois ou rien ne s’achète, je me suis fait un mot d’ordre que… rien ne se jette!hipsterlogogenerator_1484754061800

J’ai passé les neuf derniers mois loin d’une grande ville… pour la première fois depuis que je me suis mise au zéro déchet. Et c’est bien vrai: être zéro déchet dans un petit village de 600 habitants, ce n’est pas du tout la même chose que dans une immense ville (oui, oui, pour moi, c’est immense!) comme Montréal! Même si j’ai dû faire quelques compromis au niveau des déchets pour me nourrir comme j’en avais envie, cette expérience a aussi été pour moi l’occasion de trouver d’autres trucs pour réduire les déchets!

J’ai eu l’immense plaisir de recevoir, chaque semaine, un panier de légumes bios des magnifiques jardins À tout ventCette proximité avec les produits m’a donné envie de ne strictement rien perdre de ce que je recevais chaque semaine.

epluch

Mais bon, je travaillais et faisais bien d’autres choses que cuisiner, alors il me fallait trouver une façon simple d’utiliser toutes les épluchures, mais pas toutes séparément, mais bien tout ensemble! C’est là que m’est revenue cette idée, que j’ai captée à quelques endroits, de faire un bouillon de tous ces restes de légumes! 🙂

L’été est passé, je suis de retour à Montréal. Je profite de Loco et de Vrac et bocaux, épiceries zéro déchet toutes nouvelles, ouvertes durant mon absence et de toutes les autres qui existaient déjà avant. Mais je ne perds pas mes nouvelles bonnes habitudes, j’achète le plus possible de légumes bios et, avec, je me fais du bouillon de légumes juste fantastique! 😉

eplu

Comment on fait ça du bouillon de légumes?

C’est bien simple, chaque fois que vous coupez des légumes:
* mettez les épluchures/bouts/restants de côté, dans un contenant que vous garderez au congélateur
* quand il est plein, faites bouillir les légumes dans un gros chaudron d’eau, pendant 30 minutes à 1hoo
* puis filtrez simplement à l’aide d’une passoire et voilà! 🙂

Astuce:
* J’ai réutilisé un plat de Coaticook (crème glacée) puisqu’il traînait chez moi et est conçu pour la réfrigération. Cindy, du blog Tendance Radis, fait un beau topo des plats que l’on peut réutiliser (pour congeler, entre autres) et comment le faire.

epluchure

Maintenant, plus de raisons de jeter (ou plutôt composter!) les épluchures de légumes bios sans en faire un bon bouillon avant!

Et pourquoi pas faire une bonne Erwtensoep avec tout ce beau bouillon? 🙂

Vous, que faites-vous avec vos épluchures?

——
Pour plus de l’aventure, suivez En minuscule sur Facebook ou Instagram!

Un mois sans achats, version 2017!

Il y a environ un an, je me lançais un défi pour le mois de janvier: ne rien acheter!
Et bien, j’ai aimé cette expérience, elle m’a fait du bien, autant psychologiquement (en faisant de la place pour ce que j’aime vraiment), physiquement (en n’emplissant pas mon espace de vie) que monétairement (on comprend facilement pourquoi! 😉 )hipsterlogogenerator_1483973105196.pngEn plus, je reviens tout juste de voyage et je remets en route la fonction « école » de ma vie, alors ce sera l’occasion de prendre mon temps pour retomber sur mes pieds, refaire l’inventaire de ce que je possède et foncer à toute allure dans la nouvelle année!

Un mois sans achats, ça veut donc dire, du 9 janvier au 9 février:

* aucun d’achats autres qu’alimentaire et/nécessaires (litière, produit vaisselle et hum… c’est pas mal ça!)
* du temps pour utiliser ce que je possède déjà
* du temps pour faire ce qui me fait du bien (par exemple, du yoga tous les jours!)
* me défaire de l’habitude, que je reprends si vite, d’entrer dans les boutiques « juste pour voir »
* du temps à passer avec celles et ceux que j’aime… et prendre ce temps-là tout le temps, pas juste ce mois-ci

unknown

Pourquoi, pour moi, « s’interdire » tout achat pendant une certaine période libère-t-il du temps?
C’est vrai que pour les gens qui m’entourent, je suis loin de représenter celles qui magasinent tout le temps. Pourtant, j’ai mes faiblesses qui savent me faire dépenser temps et argent, seulement elles sont différentes. J’adore tricoter, donc, passer plein de temps dans les magasins de tricot, déambuler dans les librairies (et ne rien acheter, juste faire le bilan de tous ces livres à lire et de tous ceux que je ne lirai jamais) et les crayons et les cahiers (et je DOIS arrêter d’en acheter, j’en ai bien assez pour les 20 prochaines années).
Certain.es trouveront que c’est peu, d’autres que c’est beaucoup. Ce que je trouve moi, c’est que les désirs matériels, même s’ils me font du bien souvent, me prennent du temps. Du temps pour les rêver, à regarder des photos sur Internet, à ne pas être capable de rester concentrer sur un livre parce que je pense à tous ceux que je pourrais lire… Alors, un mois annuel pour désapprendre à mon esprit à désirer le matériel et se concentrer totalement sur le présent! (en rêvant un peu le futur, quand même 😉 )

Ça vous dit, comme projet?

journee_sans_achat.jpg

Sur le blog ce mois-ci, je vais en profiter pour partager avec vous des petites capsules zéro déchet dans la cuisine! De quoi se donner envie de manger sans produire de déchets! 😉
C’est à surveiller, les inspirations du lundi prendront une petite pause pour laisser place à ces capsules zéro déchet. J’espère qu’elles vous plairont!

Pour retrouver l’expérience de l’année dernière:
Un mois sans achats
Le bilan du mois sans achats

Alors, vous embarquez avec mois dans ce mois sans achats??

———
Pour plus de l’aventure, suivez En minuscule sur Facebook ou Instagram!

Inspiration #6: Yoga with Adriene

Le matin est calme et noir. Je ne suis pas encore tout à fait de retour au Québec, on dirait. C’est la première fois de ma vie que je n’arrive pas tout à fait à me remettre d’un décalage horaire. Mais quelque part, ça me va. C’est plutôt agréable de se coucher tôt, puis de se lever tôt, pour commencer 2017!

hipsterlogogenerator_1477925819154

D’ailleurs, bons premiers jours de nouvelle année 🙂 Ici, ils sont moelleux, doux et chauds. Ils sonnent câlins de chats et ronrons, thé, couverture et plein de livre. (Ainsi que l’attente des premiers jours de classe.)Lorsqu’arrive la nouvelle année, je n’aime pas trop prendre des résolutions. Par contre, j’adore profiter de cet instant transitoire pour amorcer de nouveaux projets. C’est un peu la même chose, me direz-vous. Peut-être. À la différence que, pour moi, les résolutions imposent des contraintes, tandis que les projets me donnent de l’impulsion, me poussent positivement. C’est une différence qui fait tout. Qui me fait sentir bien et libre.

adrie

Et puis, un projet, ça n’a pas besoin d’occuper tout votre temps. Un projet, ça peut prendre une demi-heure par jour seulement et faire une belle différence dans la vie. C’est ce que propose Adriene, de Yoga with Adriene. Environ 30 minutes de yoga tous les jours pendant 30 jours, tout janvier, donc. Un projet pour apprendre à bouger sur le tapis, mais, aussi, comme elle le dit si bien, en dehors de tapis. Transférer la conscience de mouvements qu’offre le yoga à notre vie quotidienne, aux petites actions, aux petits gestes.

adr

Bien sûr, si je vous en parle, c’est que j’ai entamé 2017 avec le Day 1 de ce projet et que je compte bien qu’il fasse partie de tout mon mois de janvier, mais surtout, parce que c’est grâce à Adriene que j’ai réussi à intégrer le yoga à mon quotidien. Elle a transformé mon corps (et surtout le rapport que j’entretiens avec lui) en 2016, alors j’espère que son amour et sa joie de vivre pourront faire de même avec certain.es d’entre vous cette année.

Il est encore temps de joindre le projet pour ce janvier, le premier jour étant une belle mise en bouche pour le mois. Mais si vous voulez commencer par quelque chose sur lequel je peux d’or et déjà vous donner mon envie, allez-y avec le 30 jours de yoga, dont vous retrouverez toutes les vidéos (déjà parues) ici. Comme c’était un défi passé, toutes les vidéos sont déjà là. Il est donc possible d’avancer à son rythme (et donc de prendre des pauses si, une journée, vous avez les abdos en feu, la goutte au nez ou simplement l’envie de ne rien faire du tout!!) Les vidéos sont souvent un peu plus courtes que 30 minutes et, franchement, c’est la façon parfaite de permettre tout en douceur de laisser le yoga entrer dans sa vie. Faites-vous ce plaisir, si vous avez envie de bouger, mais tout en y trouvant une nouvelle relation avec votre corps.

adri

Et si jamais vous n’avez pas envie de vous lancer dans une grande aventure, la chaîne youtube d’Adriene REGORGE de vidéos individuelles pour toutes les occasions, alors plus aucune excuse! 😉

Je vous laisse avec quelques pistes ici, pour bien faire connaissance avec ce petit monde.

Le site Internet: yogawithadriene.com
La chaîne Youtube: youtube.com/user/yogawithadriene
Pour suivre le projet du mois: revolution.yogawithadriene.com
Spécial pour ceux qui veulent commencer doucement le yoga: www.youtube.com
Pour revisiter les postures et prendre de l’assurance: www.youtube.com

Et vous, quels sont vos projets pour 2017?

——-

Pour plus de l’aventure, suivez En minuscule sur Facebook ou Instagram!

Crédits photos: YogawithAdriene